TOUR D’HORIZON D’UNE TUMEUR CUTANEE TROP BIEN CONNUE :

Le SARCOIDE

Le cheval et l’âne, particulièrement dans leurs jeunes années, sont particulièrement sujets à développer des tumeurs cutanées, pour la plupart bénignes mais parfois assez invalidantes aussi.

Mélanomes, sarcoïdes, schwannomes, papillomes… leurs formes et origines sont diverses et le mode de soin qui en découle doit être scrupuleusement adapté, sous peine parfois d’aggraver la situation. Dans cet article, nous nous intéresserons aux sarcoïdes, lésions malheureusement très courantes…

 

* Sarcoïde, qui es-tu ?

Le sarcoïde est une tumeur cutanée, a priori d’origine virale, normalement non douloureuse ni prurigineuse, et spécifique à la classe équine/asine.

Lésion tumorale la plus fréquente chez les équidés (20/25% des cas), le sarcoïde peut se localiser sur n’importe quelle zone du corps et de la tête. Si on constate que le poitrail et l’encolure sont souvent communément touchés, les endroits où la peau est fine et fragile sont aussi particulièrement propices à « voir émerger » ce type de tumeur (paupières, tour des parties génitales, mamelles, pli des coudes…).

Majoritairement bénigne, cette tumeur reste strictement localisée au niveau du tissu cutané, contrairement aux mélanomes qui peuvent envahir les tissus organiques (métastases). En effet, bien que le sarcoïde soit également une prolifération anormale de cellules (fibroblastes), on le qualifie de bénin puisqu’il n’est pas voué à métastaser. Toutefois, selon sa forme et sa localisation, il peut se révéler très invasif, gênant voire même handicapant.

Il existe plusieurs formes de sarcoïdes : verruqueuse, occulte, mixte et fibroblastique.

Si les 3 premières formes sont les plus courantes et ressemblent visuellement à de simples verrues, le sarcoïde fibroblastique lui, est agressif, volumineux et d’évolution parfois très rapide, ce qui rend les traitements complexes, longs et aux résultats très mitigés…

 

* Peut-on prévenir leur apparition ?

Pas vraiment malheureusement… Tous les équidés sont susceptibles de développer ce type de tumeurs, indépendamment de leur sexe, robe, race, ...

Malgré tout, on observe des facteurs favorisants :

- la génétique : l’aspect génétique est très certainement étroitement lié aux risques inhérents à développer ce type de pathologies

- l’âge : les jeunes animaux (8ans et moins) sont principalement touchés, très certainement du fait d’un statut immunitaire encore peu développé

- la sensibilité cutanée individuelle : certains équidés ont une peau plus réactive et fragile

- la santé générale : on entend l’immunité naturelle bien entendu, mais aussi l’ensemble des conditions de vie parfois difficiles (stress, entraînements, alimentation trop riche…) qui peuvent induire une fragilité générale de l’organisme et laisser donc la porte ouverte au développement de pathologies diverses

- les sources d’irritation extérieures : en effet, toutes agressions cutanées, notamment récidivantes, peut induire à développer un sarcoïde. C’est ainsi  qu’il est susceptible d’apparaître suite à une cicatrice de blessure (à ne pas confondre avec le chéloïde : plaie bourgeonnante), ou encore sur des zones de frottements (harnachements, couvertures…). Les insectes sont aussi une source d’irritation particulièrement forte, et peuvent favoriser la prolifération du virus.

 

* Quelles options de soin ?

Si les papillomes, petites verrues multiples apparaissant très communément autour des muqueuses nasales et buccales des jeunes, sont voués à disparaître spontanément, les sarcoïdes, eux, peuvent se montrer beaucoup plus récalcitrants aux traitements…

Les traitements classiques sont peu nombreux et souvent invasifs puisqu’ils peuvent impliquer une chirurgie assez traumatisante et une convalescence longue et douloureuse.  Les récidives post chirurgies sont très courantes malheureusement.  Mais il semble qu’associées à une électro chimiothérapie (sous anesthésie générale), elles donnent de meilleurs résultats à long terme.

Localement, plusieurs traitements (plus ou moins naturels) sont utilisés avec des résultats très variables d’un cas à l’autre : Aldara (anti mitotique local), crème à base d’antiviraux (aciclovir), xx-terra (pâte naturelle à base de plante sanguinaria canadensis),… A savoir que ces traitements peuvent engendrer d’importantes réactions locales et ainsi, rendre difficile les soins sur la durée (type brûlures, saignements, douleurs, œdèmes, plaies…). La cryothérapie est aussi une option pour les lésions de petites tailles notamment. Une observation à soulever : la plupart des protocoles classiques se limitent à une approche strictement locale, et n’inclut donc pas une thérapie par voie interne. Or, l’accès de la pathologie faisant appel à des mécanismes immunitaires, il semble évident qu’il est judicieux de traiter aussi le problème à sa base…

 

* Finalement, peut-on en venir à bout ?

Qu’importe le traitement, une guérison totale reste compliquée à prévoir malheureusement, tant elle est dépendante de chaque animal, de la virulence de la pathologie (forme, nombre, volume, localisation…), de la bonne application des soins (dans la durée et la régularité), des traitements précédemment essayés avec plus ou moins de réussites…

Dans tous les cas, il faut garder en tête que l’évolution de ces tumeurs est capricieuse et qu’il n’y a pas de miracles à attendre de tout type de thérapie. Une approche globale (interne + externe) de l’affection est préférable et donne souvent des résultats convaincants et à long terme.

Sur un cheval atteint de sarcoïde(s), l’apparition de nouvelles tumeurs à d’autres endroits est toujours à craindre, raison pour laquelle une approche strictement locale est assez peu recommandée, notamment sur des cas à lésions multiples.

 

* Que proposons-nous chez Fleur de Kachou ?

Après de nombreuses recherches, Fleur de Kachou a mis au point un protocole de soin naturel pour répondre aux problèmes récurrents que posent les sarcoïdes.

Il s’articule autour de 3 axes :

1/ recherche d’un équilibre minéral et acido-basique par un ajustement alimentaire

Etude de la ration alimentaire selon chaque profil, rééquilibrage des macro et micro nutriments

 

2/ induire un renforcement immunitaire profond grâce au produit FORT IMMUN

Ce produit innovant fait appel à des plantes médicinales aux puissantes vertus fortifiantes sur le système immunitaire et sur l’organisme.

 

3/ favoriser la régression de la lésion par un traitement local 100% naturel avec AROM VIREX

Soin local sous forme de pâte prête à l’emploi, AROM VIREX est une synergie d’ingrédients naturels (extraits végétaux, argiles, huiles essentielles, produits de la ruche…) aux propriétés anti infectieuses et antimitotiques puissantes (virales et bactériennes) et efficaces.

 

* Quels sont les effets recherchés de ce protocole ?

Vous l’aurez compris, les sarcoïdes équins représentent une pathologie difficile à appréhender, tant les paramètres entrant en jeu étant nombreux. Une approche globale est donc à privilégier, plutôt que des soins isolés qui s’attaqueront souvent plus aux conséquences qu’à la cause.

Le protocole cité plus haut cherche donc à rétablir l’harmonie et l’équilibre des fonctions vitales de l’organisme, via notamment une alimentation maitrisée. Par ailleurs, il contribue à améliorer la réponse immunitaire, et donc, à optimiser les capacités de l’organisme à « s’auto-guérir ». Le soin local, en plus de fournir une protection mécanique contre les irritations extérieures (insectes notamment), induit naturellement l’élimination des agents pathogènes responsables de la prolifération de ces lésions cutanées.

La réponse observée face au traitement diffère d’un cas à l’autre. Un changement d’aspect des lésions est visible plus ou moins rapidement, mais peut prendre un chemin divergent : certaines lésions vont s’ulcérer, sécher et disparaitre progressivement. D’autres peuvent réagir en augmentant légèrement de volume, avant de stagner puis de tomber. Dans d’autres cas encore, ne nous mentons pas, il peut y avoir une absence de résultat souvent décevante…

 

Si nous devons retenir quelque chose d’important à ce laïus :

Considérons toujours l’individu (humain ou animal) dans sa globalité mais aussi dans sa singularité. Cherchons à approcher au plus près de l’équilibre

(appelé homéostasie), qu’il soit physique, psychique et émotionnel, c’est ainsi que l’on parviendra aux résultats les plus durables !

 

 

 

 

* Retour d’expérience d’une fidèle utilisatrice de nos produits

 

Charlène S. a utilisé notre protocole pour le soin de sa jument :

 

"Je me permets de vous contacter suite au sarcoïde qu'avait ma jument.

Ayant essayé plusieurs médicaments prescrit par le vétérinaire, une opération chirurgicale au sein d'une clinique spécialisée, et tout cela sans grande différence, j'ai décidé, sous les conseils d'une dentiste équine, d'utiliser vos produits pour essayer de faire disparaitre le sarcoïde de ma jument.

Et puisqu'une image vaut bien plus que des mots, je vous laisse en pièce jointe un avant et après du sarcoïde de ma jument, avec l'utilisation d'AROM VIREX et de FORT IMMUN.

 

Je vous remercie vraiment pour votre aide et pour votre travail."

 

 

Ci-dessous, les photos prises par la propriétaire, avant (à gauche) et après les soins (image de droite),

sur un sarcoïde plat et verruqueux de 5 cm env., localisé près de la ganache droite 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2018 Fleur de Kachou. Créé avec Wix.com

  • w-facebook
  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean

Paiements CB sécurisés